Jean-Siméon Chardin

Le Gobelet d'argent

1760-68

S'émerveiller du prosaïque

Dès la création de l'Académie Royale de Peinture et de Sculpture en 1648, fut établie une hiérarchie très stricte entre les différents genres picturaux. A son

sommet se trouvaient la peinture d'Histoire 

(scènes mythologiques, religieuses ou repré-

sentation de hauts faits militaires) puis la pein-

ture de portraits. Après ces genres dits "nobles"

venaient les genres "mineurs", tels que le 

paysage et, tout en bas de l'échelle, la nature 

morte. Les mérites reconnus aux artistes - et 

par conséquents les honneurs qui leur étaient

rendus - étaient naturellement proportionnels

au genre dans lequel ils avaient réussi à s'illus-

trer. Cependant, un peintre a réussi à démentir cette règle: Jean-Siméon Chardin.

Fils d'artisan, Chardin est entré à l'Académie Royale en tant que "peintre dans le talent des animaux et des

fruits", donc au niveau inférieur de la hiérarchie. Mais alors que la plupart de ses pairs s'efforçaient de s'élever

                 à des rangs jugés plus nobles, Chardin a choisi

                 de consacrer sa vie à la sublimation du quoti-

                 dien dans sa dimension la plus prosaïque,

                 perfectionnant son art humble et sobre de

                 la nature morte et de ce que l'on appelait la

                 "peinture de genre" (des scènes de la vie

                 domestique, souvent dans des intérieurs

                 modestes). Malgré la moindre considération

                 habituellement apportée à ce type d'oeuvres,

                 Chardin a réussi, par la poésie et l'équilibre de

                 ses composition, par la subtilité de son travail sur la lumière et les matières, à devenir l'un des artistes les plus estimés de l'Académie. Il a démontré ainsi qu'il y a autant de magie dans le reflet d'une pêche à la surface d'un gobelet en étain que dans la pompe spectaculaire et les ors lustrés des palais royaux.

Jean-Siméon Chardin

la Blanchisseuse, 1733

Ce qu'on peut en retenir:

Le contexte culturel dans lequel nous évoluons tend à instaurer des distinctions entre ce qui est digne d'intérêt et ce qui ne l'est pas, entre ce qui a de la valeur et ce qui n'en a pas, entre ce qui est admirable et ce qui l'est moins. Mais notre rapport au monde serait différent si nous refusions cette hiérarchisation arbitraire: nous devrions nous rappeler que tout, autour de nous, chaque objet même le plus simple, chaque phénomène même le plus trivial, peut être source de surprise, d'émotion, voire d'émerveillement. Ainsi accorderions-nous plus d'attention à certains événements anodins, ainsi qu'à des opportunités - professionnelles ou autres - que nous aurions spontanément dédaignées.